Toussaint et fête des morts

Il y a quelques années la Toussaint était pour moi un jour comme les autres, avec un vague respect pour la tradition, une éventuelle visite familiale au cimetière. Et puis j’ai participé à ma première « Soirée sur les morts » avec Jean-Marc Leclercq. Ce dernier propose cette soirée conviviale chaque année autour du 31 octobre, afin que les invités aient l’occasion de partager librement leurs expériences, visions, rapports avec la mort, parler du deuil, évoquer leurs difficultés, se rappeler les pratiques traditionnelles mises en oeuvre lors d’un décès, et leurs pourquois. Celles et ceux qui le souhaitent peuvent, en fin de la soirée, prier ensemble un instant pour leurs morts.

Cette soirée intime m’a permis de me familiariser avec un thème qui pendant longtemps me mettait mal à l’aise, comme beaucoup d’entre nous. Le sujet est abordé avec tact et douceur, afin que chacun se sente en sécurité et libre de croyances et de pensées. J’ai réalisé au fil de mes années d’exploration intérieure et de rencontres thérapeutiques, que le deuil et les morts traumatiques de la famille et des proches, étaient toujours très présentes dans la vie des vivants, souvent pénibles et lourdes, et que beaucoup ne savent plus comment faire leur deuil et retrouver leur souffle, voire leur envie de vivre. Nous portons tous nos morts dans nos coeurs, et il est essentiel pour notre santé (au sens large) et celle de notre famille, d’être en paix avec la mort.

Cimetière shinto au Japon

Se guérir de la peur de la mort, se sentir en paix avec ses morts, est un chemin extraordinairement riche en enseignements, et avec elle nous touchons au coeur de la vie, du cycle éternel. L’essentiel n’étant pas d’imposer une Vérité sur ce qui se passe après la mort, mais bien d’écouter sincèrement ce qui résonne en soi lorsque l’on pense à notre propre mort ou à un proche décédé, et s’assurer que cette partie de nous est autant que possible détendue et sereine. Cela demande un temps, un moment, pour soi, pour la famille, pour prendre la main à une part de nous, une part de l’autre, qui aurait besoin d’aide. C’est fermer les yeux et respirer ensemble un instant, afin de s’alléger chaque année un peu plus, d’un poids aussi lourd que la perte de l’être aimé était considérable. Une pensée, lorsqu’elle est offerte en pleine conscience et sincérité, peut faire des miracles.

Le rituel proposé, d’inspiration shinto, est simple : « au nord, dresser un petit autel pour prier les morts. Disposer deux bougies en laissant une place au milieu pour y déposer une photographie du ou des défunts (on pourra à défaut y mettre une feuille avec leurs noms). Dans des coupes non métalliques, trois au total, que l’on positionnera à gauche de la bougie de gauche, au centre et à droite de la seconde bougie. Verser de l’eau dans celle de gauche. Déposer des céréales dans celle du milieu et du sel dans la troisième. 

Méthode : 

On allume les bougies.
On se met en position de prière.
On appelle l’âme. On lui envoie des prières, de l’amour, des beaux souvenirs, des images de bonheur.
Ensuite on lui dit au revoir et on lui indique qu’elle doit continuer sa route.
On lui dit au revoir.

On ferme son esprit.
On mouche les bougies.
On claque les mains à hauteur du visage, à gauche, au milieu et à droite. »

Selon le maître de Jean-Marc, Michio Kushi, « faire ce rituel au minimum sur un temps de 7 jours, d’usage, si on réalise ces prières 7×7 jours donc 49 jours, l’âme du défunt retrouve la lumière. »

Cimetière Shinto au Japon, avec une statue de Kannon / Quan Yin, représentant l’amour compassion.

Je vous invite à prendre un moment aujourd’hui pour honorer vos morts, leur souhaiter bon voyage et un repos paisible. Ce peut être en leur apportant une offrande, par exemple une fleur, un voeu de bonheur, une pensée heureuse, tout en profitant du calme d’un cimetière. Je m’étonne chaque année du bien que ça me fait, et des sourires que j’entrevois aux visages de celles et ceux qui prennent le temps de visiter leurs morts au 1er novembre. Ce peut -être aussi un instant chez soi, ou en pleine nature, au détour d’une rêverie, accompagné d’une photo, d’un souvenir. Les enfants aussi sont généralement heureux et rassurés de partager ce moment avec vous. Peut-être même pourront-ils vous aider à vous guérir d’un deuil difficile.

Je vous souhaite que cela vous aide à retrouver une relation saine et respectueuse avec la mort. Elle n’est pas une punition, pour qui apprend à la regarder telle qu’elle est, partie intégrante du cycle de la vie.

Une excellente fête des morts à toutes et à tous

Julie

Crédit photos : Cyril Rouxel

Kau Faito’o – Soins traditionnels des sage-femmes de Tonga

Reblogué depuis le fantastique blog Wild Born Project (plus d’informations en bas de page )

Kau Faito’o – Soins traditionnels des sages-femmes de Tonga

MÉMOIRES DE L’UTERUS : ~ On dit que les bébés Tongiens se rappelle de la voix de leur sage-femme depuis qu’ils l’ont entendue alors qu’ils étaient dans le ventre de leur mère. À Tonga, la sage-femme, appelée Mauli, fait intégralement partie de la grossesse et de la naissance, alors qu’elle garde vivantes les pratiques traditionnelles sacrées qui se sont souvent passées de génération en génération dans la famille. Lorsque j’étais à Tonga j’ai rencontré une grand-mère, Kolo, qui vient de 5 générations de sage-femmes. J’ai appris que le bébé ne se souvient pas non seulement de la voix de la sage-femme mais aussi de son toucher. Le massage de la sage-femme est si sacré qu’elle n’en accepte pas d’argent, car elle le considère comme un cadeau de Dieu. Ce traitement ancestral de l’utérus s’appelle Hikikete, Hiki signifiant lever, et Kete utérus / estomac. Chaque sage-femme offrira le massage de l’utérus afin d’aligner le bébé dans la bonne position pour la naissance, en utilisant un remède traditionnel à base d’huile de coco, de feuilles de cannelle et de fleurs de mohoki.

Beaucoup de femmes tongiennes enceintes se retrouvent aujourd’hui au carrefour entre la médecine occidentale et les pratiques traditionnelles des sage-femmes de Tonga. De plus en plus il y a une intégration des deux approches, avec des sage-femmes évoluant aisément entre les deux. Kolo, à maintenant 72 ans, a eu elle-même 22 enfants, et a été la sage-femme de 13 de ses petits-enfants. Elle me dit avec humilité que les femmes d’ici préfèrent être traitées par elle plutôt que d’aller à l’hôpital, car son massage est doux et serein et sa seule intention est de nourrir. Kolo est la gardienne d’un savoir traditionnel profond qui vous donne envie de s’asseoir à ses pieds et d’apprendre d’elle des jours entiers.

Kolo prie avec gratitude pour ses pouvoirs de guérison, et la capacité de venir en aide aux femmes qui viennent à elle. Avec émotion, elle explique : « Chacun devrait utiliser ce que dieu lui a offert, car votre savoir aidera le monde. Ne perdez pas de temps, faîtes ce que vous savez, cela soignera les gens, soignez le monde, et faîtes-le de tout votre coeur. Je suis très pauvre, j’ai peu de choses, que ces mains qui soignent, qui soignent les femmes. »

Cliquez ici pour voir la vidéo du massage de Kolo

Cliquez ici pour voir la publication originale. Texte original d’Allegra Ally. – Traduction française par Julie Clément

Les Tongas sont un état de Polynésie dans le Pacifique. Sa capitale Nuku’alofa signifie en tongien la patrie de l’amour.

Reblogué depuis Wild Born ProjectWild Born Project, qu’on pourrait traduire par Projet Né Sauvage, est un « projet intime et ethnographique qui explore et documente la connaissance traditionnelle et écologique des femmes indigènes de par le monde, à travers les différentes phases de la maternité : depuis la grossesse, la naissance et les semaines suivant la naissance (postpartum), des rituels initiatiques pour jeunes filles, ainsi que comment ces femmes vivent les changements culturels et climatiques. L’objectif de Wild Born est de contribuer à la revitalisation de le savoir indigène dans le jour présent, avec pour but de s’assurer que la connaissance des femmes de ces communautés continuera à être mis en valeur et pourra être transmis des grands-mères, aux mères, aux filles, aux générations à venir. À travers des films, des photographies, de l’engagement dans les médias, Wild Born contribue à la revitalisation culturelle, et à éveiller les conscience sur les problèmes impératifs auxquels ces mères et communautés indigènes  font face partout aujourd’hui. »

Série gratuite en ligne « Ami avec l’argent » avec Christian Junod

J’ai découvert le travail et l’approche de Christian Junod il y a 3 ans, alors que je montais mon entreprise en shiatsu et soins traditionnels. Je me suis rendue compte que la question de l’argent, notamment des tarifs, générait bien des anxiétés et interrogations. Comment poser le prix juste ? Comment avoir confiance en mes services et demander rémunération ? Comment générer assez d’argent pour pouvoir vivre de mon activité, continuer mes formations, pouvoir recevoir mes clients dans un climat sain et détendu, budgéter mes besoins professionnels et personnels, profiter en toute liberté de la vie et de ses plaisirs ?..

Ce fût un voyage riche et parfois perturbant, voire bouleversant, et je sais que la majorité d’entre nous se trouve confronté régulièrement à ce type de difficultés concernant l’argent. Christian Junod nous ouvre un chemin vers une discussion avec soi et le monde, afin de nous libérer de nos préjugés et croyances limitantes concernant l’argent.

Pour découvrir son travail, vous pouvez déjà regarder quelques vidéos en ligne sur sa chaîne. Et si vous vous sentez prêt(e) à embarquer, inscrivez-vous à ce voyage initiatique en 7 vidéos inspirantes, une série offerte par Christian Junod himself, qui débute ce lundi 29 octobre.

Pourquoi s’inscrire ? 

  • Pour être en paix avec l’argent
  • Être à l’aise pour parler d’argent, négocier, poser un prix qui valorise ce que vous faîtes dans la joie et la tranquillité.
  • Et permettre à vos projets de coeur de se réaliser dans la matière.

Pour vous inscrire, cliquez ici

Christian Junod, expert de la relation à l’argent, auteur de 3 livres dont le célèbre “Défi des 100 jours” avec Lilou Macé, a conçu ce voyage en 7 vidéos inspirantes pour:

  • Éclairer notre relation à l’argent
  • Apporter paix et liberté dans notre relation à l’argent
  • Ouvrir grandes les portes de cette énergie dans notre vie

Et ce, pour que nos projets se réalisent dans la plus grande des fluidités.

Avançons ensemble dans la paix et la prospérité, je vous souhaite de tout coeur que vos projets prennent vie, fleurissent et inspirent d’autres à se lancer dans ce qui les fait vibrer, avec confiance, en toute sérénité et sécurité !

Julie

julishiatsu.com

Hado

 » L’étude du hado nous dit que les vibrations énergétiques de nos pensées affectent nos réalités physiques.

En se promenant dans un jardin japonais, chacun peut réellement sentir l’énergie de vie connue sous le nom de Hado. Hado n’est pas simplement présent au Japon, c’est un concept qui existe là-bas depuis des siècles. Les deux caractères japonais qui constituent le mot Hado signifient « vague » et « mouvement » – des mots parfaits pour décrire les vibrations d’énergie qui imprègnent toute vie. Hado est présent dans toutes choses, animées ou inanimées. Il réside partout, même dans l’air et les personnes.

L’étude d’Hado nous dit que les vibrations énergétiques de nos pensées affectent nos réalités physiques. Chacun de nous a la capacité de manifester une intention spécifique à travers l’hado que nous projetons – depuis faire briller nos bijoux à changer l’atmosphère d’une pièce remplie de personnes jusqu’à transformer l’hado d’un espace vide. Toutefois, nous sommes souvent inconscients que nos pensées créent des vibrations dans le monde extérieur à nos pensées. Une fois que nous savons que c’est bien le cas, nous pouvons devenir plus éveillés de notre schéma de pensées négatif et nous entraîner à rester positifs et penser avec intention.

Donner un merci à un repas avant de le manger change l’énergie de notre nourriture. Exprimer de la gratitude en pensées ou en mots fait une grande différence pour le donneur et le receveur car nous leur envoyons hado. Un sourire aimable peut faire une réelle différence lorsque nous travaillons en conscience avec hado. Une fois que nous sommes éveillés au pouvoir du hado, nous pouvons créer des changements positifs dans tous les domaines de notre vie : notre espace physique, notre santé mentale et émotionnelle, nos relations, et nos affaires. L’un des principes les plus importants de hado est de maîtriser nos pensées et nos intentions chaque jour. Appréciez les améliorations que vous allez créer dans votre vie et le monde qui vous entoure en travaillant en conscience avec hado. »

Madisyn Taylor, Extrait de DailyOM

Traduction française de Julie Clément

 

Hado

BY MADISYN TAYLOR

The study of hado tells us that the energetic vibrations from our thoughts affect our physical realities.

Walking through a Japanese garden, one truly feels the life force energy that is known as Hado. Hado isn’t just present in Japan, but it is a concept that has existed in Japan for centuries. The two Japanese characters that make up the word Hado mean « wave » and « move » – perfect words to describe the energy vibrations that permeate all life. Hado is present in all things, animate and inanimate. It resides everywhere, even in the air and in people.

The study of hado tells us that the energetic vibrations from our thoughts affect on our physical realities. Each of us has the ability to manifest a specific intention through the hado that we send out – from making our jewelry shine to changing the atmosphere of a room full of people to transforming the hado of an empty space. However, we are often unaware that our thoughts are creating vibrations in the world outside our minds. Once we know that this is the case, we can become more aware of our negative thinking and train ourselves to stay positive and think with intention.

Giving thanks for a meal before we eat can change the energy of our food. Expressing gratitude by thoughts or words makes a huge difference to both the giver and recipient because you are sending them hado. A kind smile really makes a difference when you work consciously with hado. Once we become aware of the power of hado, we can create positive changes in every area of our lives: our physical space, mental and emotional health, relationships, and businesses. One of the most important principles of hado is to monitor your thoughts and intentions every day. Enjoy the improvements that you will create in your life and the world around you by consciously working with hado.

Automne-Hiver 2018 : le Japon à l’honneur à Paris XVI

Du 2 octobre 2018 au 27 janvier 2019, de superbes expositions, conférences et rétrospectives célèbrent les arts japonais aux musées Guimet et Yves Saint Laurent de Paris.

Musée national des arts asiatiques Guimet

6 Place d’Iéna, 75116 Paris, France

 

Musée national des arts asiatiques Guimet (Paris XVIè), du 17 octobre 2018 au 14 janvier 2019:
Exposition : Meiji, Splendeurs du Japon Impérial : À l’occasion de la commémoration du 150e anniversaire de la Restauration de Meiji, cette exposition mettra en lumière les nombreux bouleversements liés à l’ère Meiji (1868-1912), qui fut une révolution sans précédent pour le Japon comme pour le Monde. Plus d’infos ici
Cinéma : deux week-ends de projections de documentaires exceptionnels et de grands classiques du cinéma japonais, samedis 17 et 24 octobre, plus d’infos ici 
Le Zen et les arts : pratique, thé, peinture et poésie : colloque rencontres, et cérémonie du thé, weekend du 6 et 7 octobre, plus d’infos ici
Musée Yves Saint Laurent (Paris XVIè)  :
Le Japon rêvé d’Yves Saint Laurent, du 2 octobre 2018 au 27 janvier 2019 : Première exposition temporaire thématique du Musée Yves Saint Laurent Paris depuis son ouverture en octobre 2017, « L’Asie rêvée d’Yves Saint Laurent » rassemblera une cinquantaine de modèles haute couture inspirés de l’Inde, de la Chine et du Japon. Plus d’infos ici
Ajoutons le Salon du livre de Haïku, 2è édition, à l’Espace Andrée Chedid à Issy-les-Moulineaux, samedi 8 et dimanche 9 décembre 2018 : « Petit poème japonais de 17 pieds, le haïku saisit l’instant présent dans ce qu’il a de qu’il a de fugace et parfois de cocasse. Introduit en Occident à la fin du XIXème siècle, il connaît depuis lors un vrai engouement. Après le succès de la première édition, ce deuxième salon accueillera des rencontres, découvertes d’ouvrages et dédicaces, de nombreux auteurs et éditeurs adultes et jeunesse. » Plus d’infos ici 
Bel automne à tous x