Retour du séminaire Seiki 2019 au Japon

Nous étions 33 à nous retrouver à la gare centrale de Kyoto, plateforme 30-31, un doux mardi de septembre 2019 à 13h : du Japon, de France, d’Italie, de Suisse, de Belgique, d’Allemagne, d’Ecosse, d’Angleterre, d’Autriche, d’Espagne, de Turquie… 21 femmes, 12 hommes. Tant de possibilités.

Akinobu Kishi Sensei lors de son dernier séminaire Seiki au Japon en 2011 / © Catherine Dompas

C’était le 8è séminaire Seiki au Japon, une tradition lancée par Akinobu Kishi Sensei en 1981 pour permettre à ses étudiants européens de découvrir le Japon originel, ses traditions et sa culture, la pratique du shintô, la nourriture, les temples, les sanctuaires, la nature, les arts… pour se plonger authentiquement dans un pays dont tant parlent et s’inspirent mais avec lequel peu se connectent véritablement.

Kishi Sensei nous ayant quittés en 2012, sa veuve Kyoko Sensei nous a fait l’honneur de restaurer la tradition 7 ans après le décès de son époux.

Nous étions donc 33, 3 organisateurs et 30 privilégiés. Nous savions que c’était la chance d’une vie de participer à ce voyage, à cette expérience dans des conditions exceptionnelles, invités et attendus dans des lieux que même la plupart des nippons ont oublié ou auxquels l’accès est limité et réservé à des membres.

Au delà de la beauté naturelle du pays, des paysages, de la qualité de la nourriture, de la gentillesse et de la courtoisie extraordinaire de ses habitants… j’ai envie de partager mon expérience d’un point de vue très personnel, à travers l’expérience de Seiki, ce que la pratique en sa terre d’origine m’a apportée, ce que cette exploration a changé dans ma manière de la vivre et de la transmettre au quotidien.

C’est quoi Seiki ?

Seiki est si vaste qu’il est difficile à définir. Seiki n’est pas une nouvelle technique de shiatsu, bien que… à chacun d’y faire son chemin.

Après quelques années de pratique, je vois en Seiki une recherche, celle de la mère de toutes les thérapies guidées par la compassion, manuelles et non. Seiki est la simplicité, l’évidence, le « honest touch », le toucher sincère et empathique d’humain à humain, un partage qui enrichit les 2 parties, la rencontre de kokoro à kokoro, comme disent les japonais, Ishin-Denshin, on pourrait dire de coeur-âme à coeur-âme. La rencontre sincère et ouverte soigne, alors que les frontières entre 2 consciences individuelles s’effacent ou que l’on ne sait plus qui donne et qui reçoit. Kyoko Sensei dit, « Alone And Together feeling ». Seiki est aussi éminemment pragmatique, et se base sur l’observation et la pratique avant la théorie.

En découvrant Seiki, j’ai observé que j’avais tant de murs en moi, si familiers qu’ils m’étaient devenus invisibles. Pratiquer Seiki c’est apprendre à voir ses limites, les reconnaître et continuer à se présenter au-delà. Avec la respiration des espaces de transition s’ouvrent et permettent le changement. Kishi disait, « Only looking is enough« , « Juste regarder est suffisant ». Se poser, attentif, accueillir ce qui se présente, laisser faire ou faire sans faire.

Il y a pour certains quelque chose de mystique dans la pratique de Seiki, comme tout ce qui nous offre une reconnexion à l’infini et un élargissement de conscience. C’est enivrant, libérateur. « Derrière les nuages il y a toujours le ciel bleu. », disait Kishi.

La Jinja principale au Motoise Naigu shintô shrine

Les pratiquants de méditation savent de quoi je parle, ils ont appris à observer avec équanimité, à se poser en simple témoin des manifestions de la vie à chaque instant. C’est suffisant pour participer activement à sa magie. La conscience de ce perpétuel changement transforme, la présence détache l’observateur du drame et apaise l’émotionnel, le mental se calme et la vision se clarifie.

Ainsi, Seiki c’est de la méditation à deux, tout du moins à plus d’un autant qu’avec soi-même, seul et ensemble. Ça peut être aussi moi et moi, moi et le chat, moi et l’arbre, moi et la rivière… Moi et l’autre, et l’autre devient moi.

Kyoko Sensei dit, « Seiki is shintô practice. » Seiki c’est la pratique du shintô. Je me rappelle avoir lu dans Shintô, Sagesse et Pratique de Motohisa Yamakage, alors que je commençais à m’intéresser à la religion traditionnelle japonaise, que l’on pourrait demander à mille prêtres shintô au Japon une définition du shintô, on obtiendrait mille définitions différentes. Pour un occidental cela n’a aucun sens. Pour un japonais ça semble ne poser aucun problème. Après mon expérience au Japon, ma définition du shintô en cet instant serait, « une invitation à observer ma propre nature à travers la nature, dans une recherche de paix et d’harmonie. » Ça pourrait aussi être quelque chose du style, « Qui suis-Je? »

Selon la pensée shintô, Dieu est la nature nous confie Kyoko. À l’origine du shintô, pas de sanctuaire en bâti, mais des cercles de pierre, des arbres sacrés, le soleil, la lune et les mouvements de la vie des plus grands aux plus infimes à observer et desquels apprendre, dans lesquels se refléter, se miroiter, apprendre à voir et à écouter.

Comment je vis Seiki

Avant le cours d’Aïkido au sanctuaire Oomoto, Kameoka, préfecture de Kyoto

Seiki est un mouvement libre principalement développé en Europe, sans fédération officielle ni structure légale, et je suis favorable à ce qu’il le reste. Le coeur de Seiki est invisible pour les yeux, il est dans les silences, entre les mots et entre les lignes, dans l’espace et l’infini. C’est ce qui le rend à la fois si doux et si puissant.

Seiki n’est pas un diplôme ni une marque déposée, et ne peut pas s’apprendre dans les livres. C’est une culture essentiellement orale, qui se transmet lors d’ateliers et espaces d’échanges. Selon la tradition ouverte par Kishi Sensei, tout le monde est bienvenu sans pré-requis dans les workshops. C’est un partage, une initiation, autant qu’une recherche, une direction, une voie. Un jour on a demandé à Kishi Sensei combien de workshops étaient nécessaires pour bien apprendre Seiki, il a répondu, « One is enough », « Un est suffisant. » Pas de degrés, pas de niveau, venir et participer, jouer le jeu comme on peut est suffisant. Chacun arrive et repart libre. Puis toute une vie et chaque instant pour pratiquer. Pas de maître, une Sensei actuellement, Kyoko Kishi. Une source : l’observation de la nature.

Selon Frans Copers, « Seiki est une découverte, de capacités que tout le monde a et que l’on a oublié, c’est une recherche, ça veut dire que ça change tout le temps, et c’est un développement. Alors le seiki c’est impossible à définir. »

Seiki change de forme et évolue avec chacun, mais ses bases restent les mêmes : observer intensément et ouvertement avant d’éventuellement faire, sans volonté. Seiki est simple, Johannes dit souvent que les enfants savent le faire plus facilement que les adultes. Pour autant transmettre cette simplicité, cette essence, exige une rigueur, une humilité et une clarté d’esprit encore rare. Kyoko Sensei l’enseigne merveilleusement, insistant sur la simplicité, l’importance de se donner du temps, de se détacher du résultat, de laisser de la place à son partenaire, le laisser respirer. Elle rappelle que, en recherche de nouvelles techniques, « on en oublie les choses simples ».

Ce que le séminaire Seiki au Japon m’a apporté

Presque 2 mois sont passées depuis mon retour du Japon

Premier constat : je suis en bonne forme alors que l’automne écrase le moral de tant de personnes. Je prends soin de moi avec une certaine facilité, j’écoute mes besoins sincères, je définis mon territoire et ses limites avec plus de clarté. Ceci est une réelle avancée et un soulagement après une année tumultueuse.

Second constat : je me sens apaisée et sereinement heureuse, j’ai pardonné beaucoup à moi et aux autres, j’ai lâché certains vieux rêves qui ne me correspondaient plus et m’alourdissaient. Je me sens ouverte, confiante, fièrement plantée dans mes deux pieds, bien dans ma peau, libre et légère. Je m’affirme plus aisément qu’avant, mon intuition et mon ressenti sont clairs, j’accepte mieux les critiques.

Troisième constat : Seiki est une porte qui dérange le monde du shiatsu en Europe, peut-être parce qu’il est inclassable. Kishi a poussé les murs et se moquait des cases, il faisait son truc, il s’amusait comme un enfant. Il n’est pas évident d’accepter la nature libre de Seiki, son étonnante complexité au sein même de sa simplicité, et inversement. Seiki ne peut se comprendre avec la tête, on y perdrait l’essentiel. Seiki se vit, et pour l’heure j’y trouve mon compte.

Quatrième constat : Seiki c’est aussi une communauté d’enfants terribles, de nomades, d’explorateurs, qui aiment se retrouver dans différents lieux, diverses cultures, paysages, saisons, langues et pays, pour le plaisir de pratiquer le « sentir », de partager des pleurs et des rires, de discuter, d’échanger autour d’un verre ou d’un bon repas, de chanter, de pratiquer. Seiki c’est un peu la cour de récré, du hors-les-murs : il y a des affinités, des clans, des certitudes qui se forment et se déforment, des nouveaux et des anciens, des jeunes et des vieux, du n’importe-quoi, du très sérieux, des gardiens et des rebelles, des traditionalistes et de nouvelles vagues, des égarés. Et moi là-dedans j’aime un peu tout et tout le monde, comme je peux, parfois je me cache et parfois j’ose. La vie quoi.

Cinquième constat : pas besoin de choisir entre shiatsu et seiki. Les deux peuvent s’accompagner, pour moi ils sont comme les deux faces d’une même pièce. J’ai constaté que certains praticiens de shiatsu qui venant découvrir seiki en atelier étaient déstabilisés par la simplicité et l’absence de faire. En réalité, ça ne remet en question que ce que l’on a appris de la pratique, pas la pratique en soi. Seiki peut ouvrir de nouveaux espaces d’explorations en shiatsu.

Namikoshi est le créateur en 1940 du Japan Shiatsu College à Tokyo, la première école officielle et reconnue de shiatsu professionnel. Il est aujourd’hui encore considéré comme un des maîtres-enseignants majeurs de shiatsu moderne avec Shizuto Masunaga. Ce poème est célèbre partout au Japon.

Je pensais aussi devoir faire ce choix, et cela me mettait mal à l’aise. Depuis j’ai pratiqué, étudié, rencontré des étudiants de toute l’Europe, et j’explore sans me limiter, à la recherche de mon mouvement originel. Seiki est si essentiel, qu’il nourrit et donne une nouvelle inspiration à tant de personnes qui ont perdu le contact avec leur être profond. J’ai vu venir dans les ateliers des artistes, des praticiens d’arts martiaux, des kinésithérapeutes… À ma connaissance la majorité y trouve une résonance, des territoires oubliés en eux-mêmes qu’ils recontactent avec plaisir.

Après ma rencontre avec Seiki en 2017, puis en m’intéressant aux recherches d’Akinobu Kishi aux sources du shiatsu et des arts thérapeutiques japonais, en pratiquant, en allant en terre nippone, ma définition du shiatsu s’est ouverte, comme je me suis ouverte à ses formes diverses en Europe.

Peut-être qu’en fixant des codes de shiatsu trop rigides, on a perdu des éléments essentiels à son efficacité et à son harmonie. Peut-être que Tokujiro Namikoshi, bien avant son élève Kishi et la voie qu’il a ouverte avec Seiki en 1979, l’avait compris. Voilà, selon moi, le lien subtil entre shiatsu et seiki.

Pour en savoir plus :

Le livre Seiki, la vie en résonance, par Akinobu Kishi et Alice Whieldon

Le groupe Facebook Seiki en France, pour connaître les prochaines dates françaises

Le site Seiki Lille, régulièrement réactualisé avec les nouvelles dates d’atelier

Mes derniers articles sur Seiki :

Retour des Rencontres Internationales du Seiki 2018

Prochaines dates Seiki à Lille avec Frans Copers : Du 17 au 19 avril 2020 (COMPLET- liste d’attente ouverte) –> prochaine date dans les mêmes conditions du 9 au 11 oct 2020, LES RÉSERVATIONS SONT OUVERTES via SeikiLille@gmail.com

Stages SEIKI avec Frans Copers à Lille les 17-18-19 avril et 9-10-11 octobre 2020

Les stages SEIKI avec Frans ont tant de succès que la date d’avril est complète ! Merci de votre compréhension et de votre confiance ❤

Une autre date est ouverte du 9 au 11 octobre 2020 dans les mêmes conditions, si vous souhaitez y participer merci de suivre les mêmes modalités d’inscription (ci-dessous) en précisant les dates


Qu’est-ce que SEIKI ?

Seiki pourrait être traduit par « Accompagnement du Ki naturel ». Kyoko Kishi Sensei aime le traduire par « Ciel bleu ». Frans dit souvent que Seiki est tellement vaste que c’est difficile à définir, mais que c’est facile à faire.

C’est une approche issue du travail personnel d’Akinobu Kishi (1949-2012), maître de Shiatsu considéré par beaucoup comme le successeur de Masunaga Sensei.


Quel est le programme ?

Lors des stages et ateliers Seiki, nous pratiquons seul, à 2 et en groupe, Gyoki (« respiration avec les mains »), Seiki, et divers exercices destinés à développer le ressenti du Ki. Les stages et ateliers sont ouverts à tous, très accessibles et sans pré-requis : c’est très relaxant, utile et efficace, peu de théorie, c’est facile à pratiquer et à combiner avec toutes sortes de traitements, en shiatsu, pratique artistique et autres.

Frans nous explique ce qu’est Seiki en vidéo !

Venez profiter de la transmission joyeuse de Frans, de son humour lors d’un week-end de découvertes exceptionnel !


Modalités d’inscription :

Dates : 17-18-19 avril 2020 OU 9-10-11 octobre 2020 chez NOSHOES à Mons-en-Baroeul (métropole lilloise, à 10 minutes du centre de Lille)

Horaires : vendredi 18h30-21h + samedi et dimanche de 9h30 à 17h avec 1h30 de pause déjeûner

La participation aux frais est de 200€ par personne (14h30 d’atelier) / 175€ tarif spécial chômeurs et rsa. Vous pouvez régler en 2 ou 3 fois, par virement bancairE, chèque, espèces possibles sur place à NOSHOES. Des facilités de paiement sont toujours négociables, je vous invite à me contacter au besoin.

Votre réservation est indispensable, les places sont limitées à 15 participants


Qui est Frans Copers ?

Frans est un enseignant généreux et joyeux, avec plus de 45 ans de pratique de Shiatsu dont 20 ans d’étude auprès de Kishi Sensei. Il reçoit tous les ans Kyoko Sensei à Gand pour son workshop annuel. Il proposera également des traitements Seiki le lundi 7 octobre au matin à Lille, que je vous conseille de réserver par retour de mail dès maintenant.

Personnellement je vois ces moments individuels pour des Masterclass, ou cours avec de grands maîtres. Stage et traitements sont ouverts à tous et sans pré-requis. 
Frans Copers a créé le Kimura Institute à Gand (Belgique), qu’il dirige et où il enseigne Shiatsu et Seiki toute l’année. Il pratique le Shiatsu, l’Aïkido et la macrobiotique. Il enseigne partout en Europe et dans le monde. Il est l’auteur d’un superbe livre illustré sur la pratique de Seiki qui sera en vente lors de sa venue à Lille et qu’il sera heureux de vous dédicacer. 

Le Seiki est une méthode manuelle développée par Kishi sensei, maître en Shiatsu qui est considéré par beaucoup comme le vrai successeur de Masunaga sensei.
Kishi a réussi à faire de cette pratique traditionnelle Japonaise une méthode efficace pour décontracter son client afin d’ouvrir les canaux d’énergie d’une personne.
En fait, il appelait sa méthode Seiki Soho ou ‘accompagnement du Ki Naturel’.
Le Seiki est le résultat de sa recherche des origines, de la source du Shiatsu par l’étude et la pratique de Te Ate, Shingon et Shinto, la religion traditionnelle du Japon.
Par une attention intense et par un touché respectueux et chaleureux le praticien apprend à sentir les énergies d’autrui.
Ainsi il crée l’espace ou le Ki / énergie vitale se met en mouvement, soutenant le système immunitaire et la régénération.

Frans Copers

Lisez ici mon article sur les dernières rencontres internationales du Seiki aux Pays-Bas fin 2018

Retour des rencontres internationales du Seiki 2018

Seiki berce ma vie depuis mon premier atelier à Paris en février 2017. Catherine Dompas m’y a introduit, et la vague m’emmène depuis en des territoires insoupçonnés.

« Qu’est-ce que Seiki ? »

Sei-ki se traduit généralement par « Accompagnement de l’énergie universelle ». C’est une pratique d’origine japonaise, qui consiste à partager l’énergie avec un partenaire sur un futon. Ce qui nous traduisons généralement par énergie, le Ki, correspond à un principe très populaire dans les cultures traditionnelles, et trop oublié en Occident. Le Ki est aussi l’Espace, le Temps, l’Invisible, l’Inconscient, et bien d’autres notions. L’étude et l’exploration du Ki passionne depuis toujours les nippons à travers notamment les arts martiaux, et a transformé plus récemment les cultures de l’ouest. Sentir le Ki s’apprend sans difficulté, il est là partout et tout le temps, prenant naturellement diverses formes et sculptant la matière de l’intérieur et de l’extérieur. Que nous en soyons conscients ou non, nous sommes en lui, il est en nous.

Seiki avec Kyoko Kishi, Papendal 2018
Crédit photo : Alexandra Gelny

On pourrait dire que les Français sont célèbres pour aimer partager le Ki à table, dans un stade, une salle de spectacles… Ce sont des expériences transformatrices et variées que nous apprécions et qui rythment nos vies. Seiki procède de la même façon : partager un moment ensemble sur un futon. Se rencontrer, respirer ensemble, parfois bouger ensemble, accueillir ce qui vient, éventuellement toucher, observer ce qui est, accompagner le mouvement, l’esprit calme et serein, sans volonté de changer ou de bien faire. Seiki est libre et ramène à l’essentiel de la vie.

Nous étions 48, venus de 15 pays, anciens et nouveaux étudiants, certains découvrant Seiki pour la première fois. Seiki est très accessible et se transmet sans fioritures et principes complexes, à travers des démonstrations, échanges et discussions conviviales. L’espace que la communauté crée est très libre, et invite à revenir à son propre mouvement originel. Certains sont expansifs, d’autres réservés, tout est bienvenu, tout est ok. J’aime Seiki pour son universalité, sa non-technique, l’inattendu, les rires, les pleurs, les cris et les silences qu’il permet de laisser émerger. Aucune pression, aucune volonté, chacun prend soin de lui-même comme il l’entend. Les formes et combinaisons sont infinies. Le protocole est discret, quelques mouvements de base peuvent éventuellement aider le corps et la respiration à se laisser aller, le reste se fait par soi-même avec ce qui se présente.

Iyasaka Fifuminorito, transmis par Akinobu Kishi et guidé par Felix Bindernagel

La pratique aime s’accompagner du chant de divers Norito, de la lecture de poèmes, de l’étude ancestrale du son et de la voix, étonnant voyage dans le monde des vibrations. Le programme s’est développé tranquillement, assaisonné d’anecdotes et des talents des participants : Alexandra (Vienne) et son travail sur les mères et nourrissons, Nik (Londres)  et son approche de la douleur, Bill (New York) et sa transmission très personnelle du ressenti du Ki, Catherine  (Montpellier) et les 5 mouvements régénérateurs, Jürg (Bâle) à la flûte envoûtante, Keith (Aberdeen) et ses exercices matinaux de Katsugen Undo, Felix et le chant des norites, Kyoko Kishi transmettant sa vision simple et gracieuse de Seiki.

En quelques heures, j’ai eu la chance exceptionnelle de travailler avec Lundhup Droyültshang de Suisse, Johannes Heinzerling d’Utrecht, Belen de Barcelone, Cyril découvrant émerveillé la beauté de Seiki, ainsi les enseignants et maîtres Keith Stewart, Paul Lundberg et Kyoko Kishi.

Les Rencontres 2018, 6ème édition, furent un moment de grande joie et de partages généreux, loin des fédérations, des diplômes et des dogmes. Seiki m’a ouvert à plus de liberté et d’empathie dans ma vie et dans mon approche du shiatsu, plus de compassion et d’authenticité, un ancrage puissant associé à une main chaleureuse et légère.

Akinobu Kishi disait que Seiki est une rencontre Heart to Heart, Mind to Mind (« Coeur à Coeur, Esprit à Esprit »). La rencontre en elle-même, au-delà du toucher, crée un espace unique entre 2 individus. Seiki est l’écoute attentive et joyeuse de cet espace, un moment après l’autre. Il en ressort une joie profonde, le bonheur de se retrouver et d’être entendu, sans obligation ni restriction de gestes ou de mots.

Venez découvrir Seiki à Lille, en toute simplicité, lors d’ateliers ou de traitements individuels.

Cliquez ici pour accéder à Seiki Lille, contactez moi directement pour les soins individuels via julieshiatsu@gmail.com

Au plaisir de vous rencontrer,

Julie

Kyoko Kishi entourée des participants aux Rencontres du Seiki, Papendal 2018

Seiki, aller à l’essentiel

Je reviens d’une journée découverte du Seiki-Do à Paris avec Catherine Dompas.

Cette voie m’a particulièrement intéressée en tant que praticienne de Shiatsu : une approche du soin énergétique épurée qui insiste sur l’importance de la présence, la qualité de l’échange en soi entre le donneur et le receveur, l’écoute et l’accueil.

Un cadeau précieux pour tous les praticiens en Shiatsu et autres pratiques énergétiques.

Plus d’informations sur le site de Catherine Dompas ici

Le livre du fondateur Akinobu Kishi : Seiki, la vie en résonance