« Mon enfant ne mange presque rien! » – Rencontre avec une spécialiste des TOA

Le lundi 3 mai à 21h – rencontre gratuit en ligne avec Marie Poirette, la créatrice de Parent Équipé

1 enfant sur 4 présente ou a présenté un trouble de l’oralité alimentaire :


Votre enfant est sélectif ? Il ne mange qu’un nombre d’aliments restreints ? Il refuse certains aliments ou certaines textures ? Il refuse les morceaux ? Il vomit ou a des haut-le-cœur ? Il n’aime pas toucher certaines matières ou avoir les mains sales ? Il ne prend aucun plaisir à manger ? Les repas sont longs et difficiles ?

Votre enfant présente probablement un trouble de l’oralité alimentaire, et vous cherchez comment l’aider. Vous êtes au bon endroit, bienvenue !

Je vous propose un entretien en public avec une orthophoniste et auteur « coup de coeur », Marie Poirette, autour de son domaine d’expertise, Les troubles de l’oralité alimentaire!

REGARDEZ LE REPLAY ICI


Retrouvez le carnet d’activités pratiques de Marie Poirette pour les enfants de 8 à 12 ans ICI

Durant cet entretien de 45 minutes environ, Marie nous présentera le trouble, comment le détecter et comment y réagir en tant que parent ou accompagnant.e. Elle apportera exemples et témoignages et pourra répondre à vos questions.

Ne ratez pas ce rendez-vous exceptionnel le lundi 3 mai à 21h, rediffusé en direct sur ma page Facebook @julieshiatsublog (le replay restera disponible)

Pour plus d’infos :
www.parent-equipe.com
https://www.facebook.com/parent.equipe
https://www.instagram.com/parent_equipe/

OGM et pesticides : pourquoi ont-ils été introduits ?

Comment fonctionne le système économique agricole actuel ? Quelle est la différence entre agriculture et gestion de la pathologie végétale ? Pourquoi est-il nécessaire de retourner à la microbiologie des sols ? Comment fonctionne la terre ? Qu’est-ce que Kokopelli ? Comment fonctionnent les multinationales de l’agronomie ? Comment rend-t’on les agriculteurs dépendants des pesticides ? Qu’est-ce qu’une semence hybride F1 ? Qu’est-ce que le GNIS ?…

Et tant d’autres questions/réponses fondamentales qui nous poussent naturellement à reprendre le pouvoir d’abord sur nous-mêmes et nos choix de consommation, puis sur les organismes destructeurs qui nous ont fait nous oublier en même temps que nous avons mis de côté le bon sens.

À VOIR ABSOLUMENT : la vidéo ICI

Tu seras un homme, gamin.

unmug:

“Ne mange pas trop vite”
“Fais attention en traversant”
“Ne parle pas aux inconnus”
“Ne commence jamais la cigarette”
“Mets des capotes”
“Ne bois pas dans un verre qui n’est pas le tien”
“Ne conduis pas bourré”

À chaque âge, on rajoute un conseil, une mise en garde, un ordre, une recommandation.
On la répète plusieurs fois. Petits, parce qu’ils n’écoutent rien, ces anarchistes. Plus grands, parce qu’il faut d’abord répéter la recommandation seule, face au miroir de la salle de bains, en tentant différentes approches :
“Alors, tu as maintenant 14 ans, je voulais te parler de sexe.” Non, trop direct.
“Alors, tu connais mon pote Bruno, qui est séropositif ?” NON PUTAIN.
“J’ignore si l’ipséité d’un coït t’est déjà apparue intrinsèquement mais…” OH BORDEL.

Des heures de torture mentale pour finir par un “Tiens, voilà des capotes. Ne te sens pas obligé d’avoir des relations parce que tu as des capotes, mais si tu as des relations, mets des capotes.
ET NE FAIS PAS DES BALLONS AVEC, IMBÉCILE”

Et puis il y a d’autres recommandations, celles qu’il ne faut pas dire, qu’on ne trouve pas dans les magazines Psychologie ou Parents, celles qui outrent les copines, celles qu’on ne peut même pas répéter face à un miroir, de peur de ne plus trouver le courage de les faire.

“Tu es un garçon. Comme Spiderman, tu as un grand pouvoir et donc une grande responsabilité : tu risques, un jour, d’être physiquement plus fort qu’une femme. Voire que plusieurs femmes, voire que plein de femmes.
Cette force physique en plus, tu peux l’oublier et, un jour de colère, de déception, ou un jour où tu seras ivre peut-être, tu peux t’en servir.
Pour frapper.
Ou pour obtenir quelque chose de force. Un baiser ou un câlin qu’on te refuse. Alors que toi tu en avais très envie maintenant.
Tu as la responsabilité de ta force.
Ne frappe jamais une femme.
Entends et arrête-toi immédiatement si une femme te dit non.”

On dit aux jeunes filles de ne pas traîner tard le soir dans tel ou tel quartier, on leur refourgue mille et une astuces pour se protéger.
Mais on ne dit pas aux jeunes garçons de ne pas abuser de leur force.

Comme si, en le leur disant, on traitait tous les hommes de pervers.
Mais on leur dit bien de ne pas voler, les traite-t-on pour autant tous de voleurs ? On leur dit aussi de ne pas se battre, insinue-t-on par là qu’ils sont tous des incontrôlables qui cassent le crâne du moindre interlocuteur qui n’est pas d’accord avec eux ?
Pourquoi il ne faudrait pas leur dire de ne pas frapper une femme, de ne pas violer une femme ?

Parce que nos propres enfants pourront se faire écraser s’ils ne regardent pas à droite et à gauche, peut-être ; ils pourront avoir un accident de voiture bourrés, ça arrive ; ils pourront voler une fringue, ces idiots, on sera inquiets, tristes, en colère, mais on comprendra, ça fait partie de la vie.

Mais nos enfants ne cogneront pas leur femme, ça non.
Ils ne violeront pas, ça non.
Ce sont d’autres gens qui font ça, ce sont des adultes tordus, sortis de nulle part, des marginaux, des pas comme nous.

Au risque de décevoir : chaque homme qui tue une femme de ses coups, chaque homme qui viole, a un jour été un enfant. Et il a eu des parents.
“Oui, mais des parents défaillants alors ! s’insurge-t-on. Pas des parents comme moi ! Moi, je suis équilibré(e), j’ai joué avec lui au moins une heure par jour, et je lui ai fait du gratin de chou-fleur maison.”

J’en ai vu des mères “normales” sur le banc du tribunal, qui regardaient leur fils dans le box de l’accusé. Durant les longues heures du procès, elles fixent tantôt leur enfant, tantôt leurs pieds. Je les ai vues passer en revue chaque journée de leur éducation, pour trouver l’endroit où elles avaient pu échouer. Elles se torturent à chercher, à vouloir comprendre, elles disent “Mais pourtant il est normal”.

Nos enfants peuvent battre une femme.

Nos enfants peuvent violer une femme.

Parlons à nos fils.
Un mot, ce n’est pas grand-chose, mais parfois, ça change beaucoup de vies.