La vieille guérisseuse

La vieille guérisseuse de l’âme disait :

On n’a pas mal au dos, ce qui fait mal c’est le poids.
On n’a pas mal aux yeux, ce qui fait mal c’est l’injustice.
On n’a pas mal à la tête, ce qui fait mal ce sont les pensées.
On n’a pas mal à la gorge, ce qui fait mal c’est ce qu’on n’exprime pas ou exprime avec rage.
On n’a pas mal à l’estomac, ce qui fait mal c’est ce que l’âme ne digère pas.
On n’a pas mal au foie, ce qui fait mal c’est la colère.
On n’a pas mal au coeur, ce qui fait mal c’est l’amour.

Et c’est bien lui,
L’amour,
Qui contient le plus puissant médicament.

via Oyuunaa Joy sur Fb

« La Terre est une marmite », par Paul et Lydia Bourguignon

Retrouvez Lydia et Claude Bourguignon en cliquant ici pour le replay de l’émission « On ne parle pas la bouche pleine » d’Alain Kruger sur France Culture.

De la terre vivante au bon goût des choses, les microbiologistes des sols Lydia et Claude Bourguignon mettent les pieds dans le plat, ils manifestent pour une agriculture vivante !

Le modèle de la révolution verte basé sur une approche simpliste du sol et sur une conception industrielle du vivant a rendu l’agriculture polluante, destructrice de l’environnement, productrice de malbouffe et incapable d’assurer la sécurité alimentaire du pays et la survie  de ses agriculteurs. Les citoyens avisés  demandent à l’agriculture d’évoluer en devenant durable, en produisant des aliments de qualité. Les paysans demandent simplement à pouvoir vivre dignement de leur métier. Les politiques ont abandonné depuis trop longtemps l’agriculture à l’agro-industrie, qui produit de la nourriture de qualité médiocre et à bas prix.

L’agriculture durable a deux atouts fondamentaux que l’humanité, hypnotisée qu’elle est par les technologies, a totalement oubliés : premièrement, nous pouvons nous passer de biens industriels, mais pas de nourriture. Deuxièmement, l’agriculture est la seule source durable de richesse des nations.

Si l’industrie transforme la matière, l’agriculture cultive la vie.

Réécoutez maintenant l’émission de France Culture et le travail des Bourguignon pour une terre vivante.

« À quoi rêvent les jeunes filles ? », un documentaire d’Ovidie en accès libre

Les femmes aussi pensent au sexe, même si le porno mainstream les objectifie et ne leur est pas vraiment destiné. Dans ce documentaire, l’écrivaine, documentariste et ancienne actrice X Ovidie explore le rapport des jeunes femmes à la sexualité.

À quoi rêvent les jeunes filles ?, documentaire 2014, produit par Christophe Nami / Yami 2  – diffusé par Infrarouge / France 2

« Ce film documentaire dresse un état des lieux de la condition féminine au moment où la pornographie devient, pour la première fois dans l’histoire, un objet de consommation courante et souvent gratuite sur internet. C’est l’occasion pour la réalisatrice de s’interroger en filigrane sur son propre parcours par lequel elle a tenté de promouvoir un « féminisme pro-sexe ». La condition des femmes s’est-elle améliorée ? Ovidie tend plutôt à constater que non, il se pourrait même que la condition féminine se soit détériorée et que l’industrie de la pornographie joue un rôle important dans cette détérioration. » (Source : Wikipédia)

Retrouvez ici la liste de 21 documentaires féministes via BuzzFeed

 

« Je suis une idée », – audiobook en accès libre

Je suis une idée. Je peux te détruire tout comme te sauver. Prologue : Lecteur, je te demande de prêter attention. Les mots qui vont suivre pourraient peut-être te rendre heureux. Mais prends garde à ce que tu demandes car tu pourrais bien l’obtenir. Et ceci n’est pas sans conséquence.

Auteur : Giacomo di Falco // Éditions : Incipit en W // Lecture : Fabiola de Falco

Une simple idée peut nous anéantir, comme une autre peut nous rendre heureux. Comment faire pour chasser les idées toxiques de notre existence, et inviter celles qui nous font du bien ?

Découvrez Migr’Action 59, un réseau citoyen d’hébergements de migrants

« Un week-end avec un toit sur la tête, hors de Calais. Depuis le début de l’année, c’est ce que propose aux migrants un réseau de solidarité citoyen, Migr’action. Le temps de deux jours et deux nuits, ces particuliers, qui organisent le transport et l’hébergement, offrent le gîte et le couvert dans un élan de solidarité. Le dimanche, un instant de convivialité entre hébergeurs et hébergés est aussi organisé. »

Retrouvez l’article complet de France tv-info ici

Selon Stéphanie Campagnie qui participe à l’action, « L’expérience est intense riche.
Et TOUT se passe très bien.
Faire le pas et s’engager n’est toutefois pas une mince affaire. On se pose beaucoup de questions. Et c’est bien normal.
Aussi le collectif qui s’appelle Migraction 59 organise mardi prochain le 20 mars à 19h à l’université populaire 20 rue de Lille à Roubaix une réunion d’information.
Vous avez des questions, des doutes. Venez nous voir et nous en parler. Venez rencontrer des personnes ayant vécu cette expérience. »

Dans la même idée, le collectif Utopia 56 a lancé un appel à l’hébergement citoyen pour les migrants mineurs :

« Aux vues des conditions climatiques et du nombre de personnes à la rue, Utopia 56 Lille lance un appel à l’hébergement citoyen.
Que ce soit pour du court terme (hébergement d’urgence, mise à l’abri) ou du moyen/long terme, nous sommes à la recherche de citoyen prêt à ouvrir ses portes pour quelques nuits de répit. 
Aujourd’hui de nombreux mineurs isolés étrangers, et de jeunes majeurs demandeurs d’asile dorment à la rue, dans NOS rues de Lille.
Agissons, mobilisons nous, pour lutter contre cette situation !!
Une détresse qui sera double au 31 mars par la fermeture de nombreux centres d’hébergement, suite à la fin de la trêve hivernale. »

Vous pouvez contacter Utopia 56 par ici

Merci de vos partages et de votre participation