L’intégration des réflexes archaïques, la fluidité du corps retrouvée

J’ai participé à un stage sur l’intégration des réflexes archaïques avec Jean-Luc Penet à Lille.

L’idée : « lorsque l’enfant naît, il possède pour vivre et interagir avec son environnement différents mouvements instinctifs appelés réflexes archaïques, ou primitifs. Ces mouvements sont activés dès le début de la vie in utero » (J.-L. Penet). Ce sont des mouvements involontaires présents avant la proprioception, avant que l’enfant n’ait conscience de son propre corps, avant qu’il n’ait la capacité de maîtriser ses mouvements, et qui l’accompagnent durant toute la durée de son développement jusqu’à environ 12 à 15 mois après la naissance, alors qu’il apprend à entrer en communication avec son environnement. Certains des plus célèbres sont le réflexe de succion ou le réflexe d’agrippement.

Ces réflexes ont une fonction de survie et d’adaptation. Généralement, ils s’intègrent naturellement via la répétition continue du mouvement. Puis ils s’inhibent afin de laisser la place à un réflexe plus évolué, alors que le système nerveux mature. Cependant, « S’ils ne se développent pas de manière synchronique, ils resteront trop statiques ou trop figés et le tonus postural sera trop faible, trop élevé ou trop fluctuant et irrégulier. » (J.-L. Penet)

Les manifestations chez un enfant ou chez un adulte de la persistance de réflexes archaïques diffèrent d’une personne à l’autre.

Prenons l’exemple du réflexe de Moro, dit de défense : dans un premier temps les bras s’étendent vers le haut alors l’enfant prend une inspiration profonde ; dans un second temps les avant-bras fléchissent, les doigts de la main forment des poings, alors que l’enfant expire. Ce réflexe joue un rôle important dans la mise en oeuvre de la toute première respiration au moment de la naissance, et permet aussi au nourrisson d’étirer son corps après 9 mois de position recroquevillée dans le ventre de sa mère.

Le réflexe de Moro reste actif pendant 3 à 4 mois, et peut être déclenché par n’importe quelle sensation de stress : un bruit trop soudain, une lumière vive, des parents qui prennent le bébé trop brusquement etc. N’importe lequel de ces stimuli peut provoquer une extension réflexe des bras et des jambes, accompagnée d’une inspiration soudaine, prêt à crier pour alerter son environnement. C’est une réaction involontaire à une menace, réelle ou non. Le bébé n’a aucun moyen de juger si cette menace est existe ou non. Il dit « Je me protège ».

« Si le réflexe de Moro n’est pas inhibé à l’âge de 3 ou 4 mois après la naissance et remplacé par le réflexe de sursaut qui est plus évolué, l’enfant risque de connaître une hypersensibilité de l’un ou l’autre de ses canaux sensoriels. Le son, la lumière, l’une ou l’autre de ses autres sensations peuvent à tout moment le mettre sur le qui-vive ou dans un état de grande insécurité. » (J.-L. Penet)

Par exemple, l’enfant ou l’adulte chez qui persiste le réflexe de Moro peut être hypersensible aux lumières vives ou au moindre toucher, peut se laisser envahir par le stress les angoisses et la peur, peut être sujet à l’asthme, à l’eczéma ou aux intolérances alimentaires, peut souffrir d’une faible estime de soi, être soupe au lait et « réagir au quart de tour », vivre dans l’insécurité et la dépendance, etc.

La bonne nouvelle est qu’il est possible de rééquilibrer ces dysfonctionnements via un travail ciblé la répétition des mouvements primitifs. Je les intègre petit à petit dans mes séances individuelles en shiatsu, car comme par hasard, on retrouve beaucoup de ces mouvements dans les pratiques de soins corporels traditionnels, basés sur l’observation des mouvements naturels du corps à tous âges, afin de trouver et retrouver fluidité et liberté.

Pour plus d’infos :

reflexes.org, site de l’ITM, Intégration Motrice Primordiale et Réflexes Archaïques : quelques exercices d’auto-modelage, stages et ateliers pour professionnels et non professionnels

Hypersens, site de Jean-Luc Penet qui reçoit individuellement et anime des ateliers divers à Lille et à Paris. Pour les bébés, enfants et adultes

Le sens du mouvement, par Alain Berthoz, éditions Odile Jacob

Papa, maman, j’y arrive pas, par Marie-Claude Maisonneuve, Quintessence 2008

 

 

 

 

Wasana l’éléphant à prothèse

« Wasana l’éléphant chaussée d’une prothèse spéciale après avoir perdu une de ses pattes dans l’explosion d’une mine antipersonnel en Thaïlande. L’éléphant blessé, qui a travaillé de nombreuses années dans une exploitation forestière en Thaïlande, a été secourue par le Boon Lotts Elephant Sanctuary. La botte-prothèse a été fabriquée sur mesure en Australie et expédiée en Thaïlande pour permettre à Wasana de marcher, alors qu’elle est maintenant à la retraite. »

Crédit photo : Evelyn Connor

malformalady:

Wasana
the elephant has been fitted with a special prosthesis after she
lost one of her feet after standing on a landmine in Thailand. The
injured elephant, who spent many years working in the logging industry
in Thailand’s forests was rescued by the Boon Lotts Elephant Sanctuary. The
custom-made boot was made in Australia and shipped over to Thailand to
provide Wasana with the ability to walk, although her working days are
now behind her.

Photo credit: Evelyn Connor

Prothèses en Lego

« Le système de Prothèses Créatives IKO permet aux enfants de modifier une prothèse de main traditionnelle en n’importe quelle structure à laquelle ils ont envie à base de briques Lego. »

did-you-kno:

The IKO Creative Prosthetic system allows kids to modify a traditional prosthetic hand into whatever they can dream up with Lego bricks. Source

Reconstruire un visage

did-you-kno:

image

« Richard Lee Norris, très lourdement défiguré par un coup de fusil qui lui a soufflé la moitié du visage, a reçu la greffe du visage la plus complexe de l’histoire de la chirurgie, un donneur lui offrant des dents, une mâchoire et même une langue.

L’opération, qui dura 36 heures, fût sujette à beaucoup de controverses et M. Norris n’avait que 50% de chances de survie, mais le résultat devint un sujet d’études révolutionnaire pour les médecins, permettant de nouveaux espoirs de soins pour les vétérans de guerre et autres victimes de blessures au visage. » (Source)

sixpenceee:

Horribly disfigured after a shotgun blew off half his face, Richard Lee Norris underwent one of the most complex face transplants in history, receiving teeth, a jaw and even a tongue from a donor.

The 36-hour hour operation was extremely controversial and Norris only had a 50 percent chance of survival, but the result was a groundbreaking new study for doctors learning to treat soldiers and other victims of severe facial injuries. (Source)