Pacifier sa relation à l’argent

L’argent, un sujet tabou par excellence, abordé de manière originale par Christian Junod, ancien banquier suisse devenu expert de la relation à l’argent : quelle est votre relation à l’argent ? Que projetez-vous sur l’argent ? Et si vous le souhaitez, comment transformer ou pacifier votre relation à l’argent ? 

Lire la suite de « Pacifier sa relation à l’argent »

Publicités

L’intégration des réflexes archaïques, la fluidité du corps retrouvée

J’ai participé à un stage sur l’intégration des réflexes archaïques avec Jean-Luc Penet à Lille.

L’idée : « lorsque l’enfant naît, il possède pour vivre et interagir avec son environnement différents mouvements instinctifs appelés réflexes archaïques, ou primitifs. Ces mouvements sont activés dès le début de la vie in utero » (J.-L. Penet). Ce sont des mouvements involontaires présents avant la proprioception, avant que l’enfant n’ait conscience de son propre corps, avant qu’il n’ait la capacité de maîtriser ses mouvements, et qui l’accompagnent durant toute la durée de son développement jusqu’à environ 12 à 15 mois après la naissance, alors qu’il apprend à entrer en communication avec son environnement. Certains des plus célèbres sont le réflexe de succion ou le réflexe d’agrippement.

Ces réflexes ont une fonction de survie et d’adaptation. Généralement, ils s’intègrent naturellement via la répétition continue du mouvement. Puis ils s’inhibent afin de laisser la place à un réflexe plus évolué, alors que le système nerveux mature. Cependant, « S’ils ne se développent pas de manière synchronique, ils resteront trop statiques ou trop figés et le tonus postural sera trop faible, trop élevé ou trop fluctuant et irrégulier. » (J.-L. Penet)

Les manifestations chez un enfant ou chez un adulte de la persistance de réflexes archaïques diffèrent d’une personne à l’autre.

Prenons l’exemple du réflexe de Moro, dit de défense : dans un premier temps les bras s’étendent vers le haut alors l’enfant prend une inspiration profonde ; dans un second temps les avant-bras fléchissent, les doigts de la main forment des poings, alors que l’enfant expire. Ce réflexe joue un rôle important dans la mise en oeuvre de la toute première respiration au moment de la naissance, et permet aussi au nourrisson d’étirer son corps après 9 mois de position recroquevillée dans le ventre de sa mère.

Le réflexe de Moro reste actif pendant 3 à 4 mois, et peut être déclenché par n’importe quelle sensation de stress : un bruit trop soudain, une lumière vive, des parents qui prennent le bébé trop brusquement etc. N’importe lequel de ces stimuli peut provoquer une extension réflexe des bras et des jambes, accompagnée d’une inspiration soudaine, prêt à crier pour alerter son environnement. C’est une réaction involontaire à une menace, réelle ou non. Le bébé n’a aucun moyen de juger si cette menace est existe ou non. Il dit « Je me protège ».

« Si le réflexe de Moro n’est pas inhibé à l’âge de 3 ou 4 mois après la naissance et remplacé par le réflexe de sursaut qui est plus évolué, l’enfant risque de connaître une hypersensibilité de l’un ou l’autre de ses canaux sensoriels. Le son, la lumière, l’une ou l’autre de ses autres sensations peuvent à tout moment le mettre sur le qui-vive ou dans un état de grande insécurité. » (J.-L. Penet)

Par exemple, l’enfant ou l’adulte chez qui persiste le réflexe de Moro peut être hypersensible aux lumières vives ou au moindre toucher, peut se laisser envahir par le stress les angoisses et la peur, peut être sujet à l’asthme, à l’eczéma ou aux intolérances alimentaires, peut souffrir d’une faible estime de soi, être soupe au lait et « réagir au quart de tour », vivre dans l’insécurité et la dépendance, etc.

La bonne nouvelle est qu’il est possible de rééquilibrer ces dysfonctionnements via un travail ciblé la répétition des mouvements primitifs. Je les intègre petit à petit dans mes séances individuelles en shiatsu, car comme par hasard, on retrouve beaucoup de ces mouvements dans les pratiques de soins corporels traditionnels, basés sur l’observation des mouvements naturels du corps à tous âges, afin de trouver et retrouver fluidité et liberté.

Pour plus d’infos :

reflexes.org, site de l’ITM, Intégration Motrice Primordiale et Réflexes Archaïques : quelques exercices d’auto-modelage, stages et ateliers pour professionnels et non professionnels

Hypersens, site de Jean-Luc Penet qui reçoit individuellement et anime des ateliers divers à Lille et à Paris. Pour les bébés, enfants et adultes

Le sens du mouvement, par Alain Berthoz, éditions Odile Jacob

Papa, maman, j’y arrive pas, par Marie-Claude Maisonneuve, Quintessence 2008

 

 

 

 

OGM et pesticides : pourquoi ont-ils été introduits ?

Comment fonctionne le système économique agricole actuel ? Quelle est la différence entre agriculture et gestion de la pathologie végétale ? Pourquoi est-il nécessaire de retourner à la microbiologie des sols ? Comment fonctionne la terre ? Qu’est-ce que Kokopelli ? Comment fonctionnent les multinationales de l’agronomie ? Comment rend-t’on les agriculteurs dépendants des pesticides ? Qu’est-ce qu’une semence hybride F1 ? Qu’est-ce que le GNIS ?…

Et tant d’autres questions/réponses fondamentales qui nous poussent naturellement à reprendre le pouvoir d’abord sur nous-mêmes et nos choix de consommation, puis sur les organismes destructeurs qui nous ont fait nous oublier en même temps que nous avons mis de côté le bon sens.

À VOIR ABSOLUMENT : la vidéo ICI

Dessiner sa maison alors qu’on a grandi dans un camp de concentration

Une jeune fille qui a grandi dans un camp de concentration dessine sa maison, lors de son séjour dans une résidence pour enfants perturbés, 1948

historicaltimes:

A girl who grew up in a concentration camp draws a picture of home while living in a residence for disturbed children, 1948.

via reddit

Bruce Lee vous apprend à devenir comme l’eau

Bruce Lee : 

« Videz votre esprit, soyez sans forme, sans cadre, comme l’eau. 

Mettez de l’eau dans une bouteille, elle devient la bouteille. Mettez la dans une théière, elle devient la théière. 

L’eau peut s’écouler, continuer son cours, où écraser.

Sois comme l’eau, mon ami. »

tai- chai-kungfu-online:

Now, Bruce Lee teaches you how to become a kung fu master.

Apprécier son anatomie

Actuellement, un nombre accru de femmes a recours à la labiaplastie pour des raisons esthétiques, motivées par l’image d’un sexe idéal véhiculé notamment par l’industrie pornographique.

De nombreuses associations anglo-saxonnes telles que le Large Labia Project appellent les femmes à s’aimer telles qu’elles sont, et à apprécier toutes les variantes de l’anatomie féminine, au-delà des modes, des âges, et des histoires.

Tu seras un homme, gamin.

unmug:

“Ne mange pas trop vite”
“Fais attention en traversant”
“Ne parle pas aux inconnus”
“Ne commence jamais la cigarette”
“Mets des capotes”
“Ne bois pas dans un verre qui n’est pas le tien”
“Ne conduis pas bourré”

À chaque âge, on rajoute un conseil, une mise en garde, un ordre, une recommandation.
On la répète plusieurs fois. Petits, parce qu’ils n’écoutent rien, ces anarchistes. Plus grands, parce qu’il faut d’abord répéter la recommandation seule, face au miroir de la salle de bains, en tentant différentes approches :
“Alors, tu as maintenant 14 ans, je voulais te parler de sexe.” Non, trop direct.
“Alors, tu connais mon pote Bruno, qui est séropositif ?” NON PUTAIN.
“J’ignore si l’ipséité d’un coït t’est déjà apparue intrinsèquement mais…” OH BORDEL.

Des heures de torture mentale pour finir par un “Tiens, voilà des capotes. Ne te sens pas obligé d’avoir des relations parce que tu as des capotes, mais si tu as des relations, mets des capotes.
ET NE FAIS PAS DES BALLONS AVEC, IMBÉCILE”

Et puis il y a d’autres recommandations, celles qu’il ne faut pas dire, qu’on ne trouve pas dans les magazines Psychologie ou Parents, celles qui outrent les copines, celles qu’on ne peut même pas répéter face à un miroir, de peur de ne plus trouver le courage de les faire.

“Tu es un garçon. Comme Spiderman, tu as un grand pouvoir et donc une grande responsabilité : tu risques, un jour, d’être physiquement plus fort qu’une femme. Voire que plusieurs femmes, voire que plein de femmes.
Cette force physique en plus, tu peux l’oublier et, un jour de colère, de déception, ou un jour où tu seras ivre peut-être, tu peux t’en servir.
Pour frapper.
Ou pour obtenir quelque chose de force. Un baiser ou un câlin qu’on te refuse. Alors que toi tu en avais très envie maintenant.
Tu as la responsabilité de ta force.
Ne frappe jamais une femme.
Entends et arrête-toi immédiatement si une femme te dit non.”

On dit aux jeunes filles de ne pas traîner tard le soir dans tel ou tel quartier, on leur refourgue mille et une astuces pour se protéger.
Mais on ne dit pas aux jeunes garçons de ne pas abuser de leur force.

Comme si, en le leur disant, on traitait tous les hommes de pervers.
Mais on leur dit bien de ne pas voler, les traite-t-on pour autant tous de voleurs ? On leur dit aussi de ne pas se battre, insinue-t-on par là qu’ils sont tous des incontrôlables qui cassent le crâne du moindre interlocuteur qui n’est pas d’accord avec eux ?
Pourquoi il ne faudrait pas leur dire de ne pas frapper une femme, de ne pas violer une femme ?

Parce que nos propres enfants pourront se faire écraser s’ils ne regardent pas à droite et à gauche, peut-être ; ils pourront avoir un accident de voiture bourrés, ça arrive ; ils pourront voler une fringue, ces idiots, on sera inquiets, tristes, en colère, mais on comprendra, ça fait partie de la vie.

Mais nos enfants ne cogneront pas leur femme, ça non.
Ils ne violeront pas, ça non.
Ce sont d’autres gens qui font ça, ce sont des adultes tordus, sortis de nulle part, des marginaux, des pas comme nous.

Au risque de décevoir : chaque homme qui tue une femme de ses coups, chaque homme qui viole, a un jour été un enfant. Et il a eu des parents.
“Oui, mais des parents défaillants alors ! s’insurge-t-on. Pas des parents comme moi ! Moi, je suis équilibré(e), j’ai joué avec lui au moins une heure par jour, et je lui ai fait du gratin de chou-fleur maison.”

J’en ai vu des mères “normales” sur le banc du tribunal, qui regardaient leur fils dans le box de l’accusé. Durant les longues heures du procès, elles fixent tantôt leur enfant, tantôt leurs pieds. Je les ai vues passer en revue chaque journée de leur éducation, pour trouver l’endroit où elles avaient pu échouer. Elles se torturent à chercher, à vouloir comprendre, elles disent “Mais pourtant il est normal”.

Nos enfants peuvent battre une femme.

Nos enfants peuvent violer une femme.

Parlons à nos fils.
Un mot, ce n’est pas grand-chose, mais parfois, ça change beaucoup de vies.

Figure 1, l’Instagram des médecins

Figure 1 est une application gratuite de partage de photos utilisée par les médecins pour partager de l’imagerie médicale et en discuter. On l’appelle l’ « Instagram des docteurs », et sa création fût inspirée les archives photos que de nombreux médecins et étudiants en médecines partageaient déjà. »

did-you-kno:

Warning: this app will waste your entire afternoon, and you will forget to post new facts.

Source

L’hymen ne se déchire pas, il s’étire 

largelabiaproject:

« Je serais curieuse de savoir si mon hymen est toujours intact ou pas, je ne suis pas sure. »

« Intact » est en fait une diversion, car il implique que l’hymen rompt rompt, ou se déchire. Ce n’est pas le cas. En fait, ils s’étirent, comme un élastique. L’idée de rompre un hymen est un mythe. 

Plus de détails et d’informations via le lien ci-dessous (en Anglais) : Vaginal Corona – Myths Surrounding Virginity

I am curious to whether my hymen is intact or not because I am not sure. 


“Intact” is actually a red herring, because that implies that hymens break. They don’t. They actually stretch. The idea of breaking a hymen, popping the cherry etc is all a myth. You can read more about that here – 

Vaginal Corona – Myths Surrounding Virginity

Emma